LE CANAL LOMBAIRE RÉTRÉCI

et le spondylolisthésis dégénératif

SYMPTÔMES

En cours de rédaction

Un certains degré de rétrécissement du canal lombaire SANS SYMPTÔMES GÊNANTS est fréquent chez les patients âgés. 

La symptomatologie la plus évocatrice d'un rétrécissement du canal lombaire est la claudication neurogène intermittente : c'est à dire avoir des difficultés à marcher avec des crampes voire des douleurs au niveau des fesses ou des mollets qui cessent lorsque l'on s'arrête de marcher. Cela entraine une diminution du périmètre de marche et peut imposer l'utilisation d'une canne.

La position penchée en avant élargit naturellement le canal lombaire et soulage souvent (mais pas toujours) les douleurs du patient : c'est le signe du caddie (en faisant les courses penchée sur un caddie la marche est plus facile). De même, la position penchée sur un vélo ne provoque pas de douleurs. Il n'est pas rare qu'un patient avec un vrai rétrécissement du canal lombaire ne puisse marcher plus de 100 mètres sans s'arrêter alors qu'il peut faire plusieurs dizaines de kilomètres à vélo sans douleurs.

Durant l'évolution de la maladie peuvent apparaître des douleurs de type sciatiques ou cruralgies avec parfois des troubles de la sensibilité des membres inférieurs ou une perte de force plus ou moins importante dans les membres inférieurs. La paralysie complète des membres inférieurs ou l'apparition de troubles des sphincters est extrêmement rare.

BILAN D'IMAGERIE

Les examens réalisés devant une suspicion de canal lombaire rétréci sont : 

  • des radiographies dynamiques de la colonne vertébrale en flexion et en extension du tronc à la recherche d'une instabilité de la colonne vertébrale (le spondylolisthésis dégénératif) ; 

  • une IRM du rachis lombaire pour faire le diagnostic d'un rétrécissement du canal lombaire, analysé son retentissement sur les structures nerveuses, l'étendu de la compression...

  • en cas d'instabilité ou de déformation de la colonne vertébrale, des radiographies de TOUTE la colonne vertébrale (télécolonne) seront réalisées. Elles permettent l'étude de l'aspect global de la colonne vertébrale (scoliose ou cyphose associée).

EVOLUTION ET TRAITEMENT

Le traitement initial est avant tout médical, mis en place par le médecin traitant ou le rhumatologue : 

  • antidouleurs, parfois anti-inflammatoires en l'absence de contre-indications ;

  • poursuite de l'exercice physique selon les possibilités de chacun (marche, vélo, natation...) ;

  • rééducation par un kinésithérapeute : c'est un traitement très important pour apprendre les bon gestes, renforcer certains muscles...

  • en cas d'échec du traitement médicamenteux, une infiltration de la colonne vertébrale peut aider au soulagement.

La chirurgie est proposée en cas d'échec du traitement médical bien conduit.

Le but de l'intervention est de décomprimer les structures nerveuses en ouvrant le canal lombaire par en arrière pour l'agrandir. On enlève le surplus d'os (et d'articulation si nécessaire) qui comprime les nerfs. En cas d'instabilité (spondylolisthésis), une arthrodèse vertébrale est alors réalisée. Son but est de bloquer les vertèbres entre elles à l'aide de matériel métallique d'ostéosynthèse. Pour obtenir la fusion osseuse, on réalise une greffe d'os. Il existe des indications à réaliser cette arthrodèse par en avant (cicatrice sur le ventre ou sur le flan). Dans de rares cas (scoliose ou cyphose), une chirurgie de correction de la déformation de la colonne vertébrale doit être réalisée.

Les principes de la chirurgie (décompression seule ou associée à une arthrodèse), ses risques et les modalités de la prise en charge durant et après l'hospitalisation sont clairement expliqués par le chirurgien après une ou plusieurs consultations. Cette chirurgie est rarement urgente et on prend souvent le temps de bien faire tous les examens nécessaires pour proposer le geste chirurgical le plus adapté à la pathologie du patient.

 

Le canal lombaire correspond au canal au centre de la colonne vertébral lombaire (de L1 à S1). Il contient les nerfs destinés au périnée et aux membres inférieurs (nerfs sciatique et nerf crural) qui se regroupent en racines de la "QUEUE DE CHEVAL".

Les phénomènes dégénératifs (arthrose de la colonne vertébrale) sont la principale cause d'un rétrécissement du canal lombaire. La lumière du canal est alors diminuée à cause de la dégénérescence des disques et des articulations entre les vertèbres. 

Cette dégénérescence peut aussi entrainer une "instabilité"entre les vertèbres. Les radiographies montrent alors un glissement d'une vertèbre par rapport à celle d'en dessous : on parle de spondylolisthésis dégénératif

7 boulevard de la Boutière 35760 Saint-Grégoire

Bretagne, FRANCE

Téléphone : 0223253070

6 boulevard de la Boutière 35760 Saint-Grégoire

Bretagne, FRANCE

Téléphone : 0299233333